Pages

4 juillet 2015 - Gabin :: LIFESTYLE

mardi 4 août 2015



Et voilà, nous y sommes: déjà 1 mois que Gabin est arrivé. J'ai mis du temps à écrire cet article, le temps de prendre un semblant de rythme ici.




Je me rends compte d'ailleurs que l'on oublie vite et finalement, en plus de partager avec vous cette "expérience", ce blog me permets aussi de me souvenir. La grossesse, l'accouchement et devenir parent, ce sont tellement de changements en finalement si peu de temps (même pas 1 an!) ! Je suis du coup ravie d'avoir mis par écrit et en images, étape par étape, cette aventure. Et lorsque je vois à quel point Gabin a changé et évolué en un mois à peine je me demande pas si, dans la foulée, je ne ferai pas un petit récapitulatif mensuel sur Gabin ne serait-ce que pour sa première année. Mais pour l'instant, faisons plutôt un récap' de ma fin de grossesse et de mon accouchement ! Bon, vous allez voir ce dernier a été assez folklorique et pourtant le seul sentiment que j'ai eu est que je n'aurais pas pu rêver mieux pour mon premier accouchement.

Tout d'abord quelques mots rapide sur le 9ème mois, période à propos de laquelle je n'ai finalement pas grand chose à dire puisqu'elle a été assez courte (10 jours pour être précis). Du coup je n'ai pas expérimenté cette longue et pénible attente des dernières semaines et j'en suis ravie, surtout vu les températures caniculaires que nous avons eu ce mois de juillet ! J'ai d'ailleurs été assez active durant ce 9ème mois, étant donné que j'avais du rester alitée les 2 dernières semaines du 8ème mois autant vous dire que j'étais tout sauf fatiguée et que l'envie de bouger me démangeait. Je n'ai rien fait d'extravagant mais juste repris un rythme à peu près normal: faire les courses, prendre la voiture (mais sur de très courtes distances, cela me déclenchait de fortes contractions), restos et barbecue entre amis, …
J'ai d'ailleurs bien ri en repensant à cette photo Instagram, publiée la veille de mon accouchement, où je disais profiter des dernières matinées tranquilles au lit ;)

Et puis est arrivé le vendredi 3 juillet. Le matin je ne me sentais pas dans mon assiette, j'étais fatiguée, petit mal de tête, et je me souviens avoir pensé une fraction de seconde "tiens, c'est peut être un signe comme quoi le jour J est arrivé", puis cette idée m'est complètement sortie de la tête. Comme tous les jours de la semaine j'étais restée tout l'après-midi enfermée dans la pénombre chez moi pour essayer d'échapper au mieux à la chaleur, et nous avions prévu avec Mathieu d'aller se faire un picnic à la plage le soir. Sauf que vous l'aurez deviné, le programme en a été tout autre puisque j'ai perdu les eaux au moment de partir. Bon, très bien, je file donc à la douche, prépare ma valise pour la maternité un peu n'importe comment (et j'en ai du coup conclu que pas de problème si vous oubliez des choses pour bébé, ils ont tout sur place!) puis nous prenons la route 1h plus tard direction la maternité, et c'est d'ailleurs à ce moment là que les premières contractions sont arrivées. C'est marrant comment durant ce laps de temps, du moment où j'ai perdu les eaux jusqu'à ce qu'on arrive à la maternité, tout s'est déroulé dans le calme, zen, comme si le temps était suspendu. C'est une drôle de sensation: on sait ce qui va se passer sans le réaliser vraiment, on prend conscience que dans quelques heures plus rien ne sera jamais comme avant sans savoir à quoi s'attendre…


22h30 nous arrivons et je suis prise en charge en suivant. Durant le trajet en voiture les contractions se sont déjà bien rapprochées et se sont bien intensifiées, si bien qu'elles me donnent la nausées et vident mon estomac. A ce moment là d'ailleurs la sage-femme me pose une question à laquelle je n'ai pu répondre qu'une fois mon accouchement passé: "Sur une échelle de 1 à 10 vous avez mal comment?". J'ai répondu 6 avec des réserves, ne sachant pas à quelle intensité se situe le niveau 10. Bon, et bien je peux vous dire maintenant que j'étais au niveau 3 ah ah ! Mon col n'est dilaté qu'à 2, du coup je quand même droit à une petite piqûre de calmant et hop, direction la chambre pour nous installer car il est encore trop tôt pour aller en salle de travail. Et croyez-moi, si j'avais su j'aurais mieux fait d'y rester !
Car une fois dans ma chambre… on m'a oubliée (La raison ? 3 mamans sont arrivées en urgence après et ont été traitées en priorité). J'ai eu un contrôle vers 2h du matin, col toujours à 2 du coup pas de progression mais des contractions beaucoup plus fortes et la sage-femme me fait une piqûre de morphine avec pour consigne de la rappeler lorsque les contractions redeviendront bien douloureuses. La morphine fait effet et j'arrive à m'assoupir une petite heure mais je suis réveillée en sursaut par une contraction beaucoup plus forte que les autres. J'attends de voir si les suivantes ont la même intensité, c'est le cas, j'appelle donc la sage-femme. Et là, ça a été du brassage d'air de haut niveau toute la nuit: aucune sage-femme n'est venue et je n'avais que les infirmières/aide-soignantes/la voisine de chambre (Non je plaisante, mais ça aurait été le cas le résultat aurait été le même) qui venaient me voir (lorsque je sonnais uniquement) pour me dire, au choix: "mais mademoiselle c'est normal que vous ayez mal, on repassera plus tard" / "j'appelle la sage-femme elle arrive de suite" (je l'attends toujours) / "on va vous faire un monitoring, ça va prendre une dizaine de minutes et après on avise" (le monito à duré 45 minutes et plus personne n'est passé ensuite).

En parallèle Mathieu dort à côté dans la chauffeuse mis à disposition pour les papas, et je n'ose pas le réveiller, garde la lumière éteinte et fait le moins de bruit que possible: je suis tellement persuadée que je n'accoucherai pas avant le début d'après-midi le lendemain que je me dit qu'il vaut mieux qu'il dorme pour qu'il me soit vraiment utile pendant la journée.
En attendant les contractions sont de plus en plus fortes et rapprochées, cela fait longtemps que la morphine ne fait plus effet, mais allez savoir comment j'ai réussi à m'assoupir entre chaque. Enfin, je ne sais pas bien si je dormais ou si sous l'effet de la douleur je tombais à moitié dans les vapes. J'ai mal, mais dès la contraction partie je ne ressens plus de douleur ce qui rend tout cela presque supportable. Je me souviens en tout cas me faire la réflexion d'avoir eu plus mal lors de ma crise d'appendicite en décembre dernier!

Quelques heures après la naissance

Et puis, arrive le moment où je comprends que c'est niet popoff, je n'aurai pas de péridurale: je commence à avoir envie de pousser. J'appelle une nouvelle fois et l'on vient me dire que les sages-femmes sont débordées et ne peuvent pas s'occuper de moi, qu'il faut donc que je me déplace jusqu'aux salles de travail et que quelqu'un s'occupera de moi là-bas. Je vous laisse donc imaginer la scène, j'en ri encore quand j'y repense: me voilà donc dans les couloirs vides de la maternité, en vrac, le t-shirt taché de vomi (je vous ai épargné les détails crado jusqu'à présent, c'est déjà ça!) en train de me cramponner à la barre le long du mur pour essayer d'avancer entre deux contractions. Je vous passe encore le délais d'attente pour que quelqu'un vienne me voir, puis finalement c'est une étudiante sage-femme qui arrive, me fait un contrôle (le premier depuis 2h du matin, il est 7h30) et me regarde avec un air paniqué "Mais je ne trouve pas le col, je sens la tête du bébé" - "Oui oui, je vais accoucher". Et là panique à bord dans le service, tout le monde débarque (sauf Mathieu qui dormait toujours à poings fermés, j'ai du envoyer une sage-femme aller le chercher) et c'est parti. J'ai eu quelques secondes où j'ai eu peur en me disant que si jamais une épisio est nécessaire, vu que je ne suis pas anesthésiée je vais déguster. Mais finalement je me ressaisie assez vite, de toute façon il faut y aller je n'ai plus le choix. J'ai bataillé un début pour comprendre comment pousser, finalement c'est quelque chose que nous n'avions pas abordé aux cours de préparation à l'accouchement (quelle ironie, n'est-ce pas?) et même si l'on m'avait dit "tu verras, c'est instinctif" j'ai du demander à la sage-femme comment faire (pour celles que ça intéresse, imaginez que vous êtes constipées #glamour). Une fois que j'ai compris tout est allé assez vite, j'ai été un peu perturbée au début par les 3 sages-femmes qui me disaient non-stop "poussez poussez poussez mais pousseeeeeeeezzzzz" (ce à quoi j'ai eu envie de répondre avec la célèbre réplique du film "Papy fait de la résistance" : "mais qu'est-ce que vous croyez que je fais? Des claquettes?") puis je me suis concentrée, j'ai poussé et… notre petit Gabin est arrivé. D'ailleurs, je n'ai pas trouvé douloureux le moment où le bébé sort. Ca chauffe, ça tire, mais (à mon sens) cela ne fait pas mal. Et je m'en suis sortie sans épisio et avec seulement 3 petits points en surface, car l'avantage lorsque l'on n'a pas de péridurale est que les épisiotomies sont rares du fait que l'on sent vraiment lorsqu'il faut pousser, et on appuie donc beaucoup moins sur le périnée.

Et voilà, notre petit Gabin (52cm et 3.450kg, heureusement qu'il n'est pas arrivé à terme!) est donc arrivé le 4 juillet à 7h45. J'aimerais bien vous décrire les sensations, mais je ne sais finalement pas trop quoi dire. Je n'ai pas eu cette vague de bonheur immense qui vous submerge et vous prend aux tripes lorsque l'on vous pose votre bébé sur vous (elle est finalement arrivée plus tard et s'est installée de façon progressive, au fil des jours), mais disons que je me suis sentie sereine, confiante, et fière d'avoir mené cet accouchement toute seule sans broncher et sans péridurale.

Aujourd'hui, à 1 mois jour pour jour après sa naissance, cela me semble encore complètement irréel. Finalement, l'arrivée de Gabin dans notre vie et notre quotidien s'est fait de façon très naturelle, je pensais que "le choc" serait plus puissant mais ça n'est pas le cas, et ça n'est pas plus mal! Je réalise par contre à quel point le temps file à tout allure: Gabin a déjà tellement changé physiquement, et il commence déjà depuis ses 3 semaines à faire des gazouillis, à me faire des sourires de reconnaissance (bon, ce n'est pas encore systématique mais j'ai ai au moins un par jour) et je ne pensais pas que cela allait arriver si tôt. Nous y voilà, donc, dans un nouveau chapitre de nos vies. Je me souviens encore ce jeudi 13 novembre, lorsque je suis rentrée à la maison après mon rdv chez mon gynéco et que j'ai dit à Mathieu "heeeuu… je crois que je suis enceinte". Petit Gabin était voulu, mais nous ne pensions pas que ça allait marcher si vite ! Et ce mois de juillet 2015 me paraissait être à des années lumières de nous…

P.S: note à celles qui aimeraient tenter un accouchement sans péridurale mais qui n'osent pas (ce qui était un peu mon cas, j'avoue avoir eu envie de le tenter sans me l'avouer car je me disais qu'il fallait vraiment être maso pour prendre une décision pareille) --> tout est une question de mental, croyez-moi. Si vous êtes zen, confiante, et que vous n'êtes pas très douillette (ou disons que vous savez assez bien gérer la douleur), alors vous pourrez y arriver haut la main!


Retrouver le récap' mois par mois de ma grossesse juste ici:
1 mois déjà (dans le doute je précise: mes cheveux sont mouillés)

15 commentaires :

  1. il est trop mignon et a déjà beaucoup changé <3

    RépondreSupprimer
  2. Hello !
    Quel joli récit qui fait du bien !! Enfin surtout que j'entame le 9ème mois et que je me dis que ça peut arriver. Finalement, c'est assez étrange de se dire qu'à partir de maintenant, ça peut être n'importe quand... Du coup, j'ai suivi ton conseil et fait les valises (enfin presque...).
    En tout cas, c'est rassurant de te lire ! Merci !
    Profite bien de ces moments merveilleux !

    RépondreSupprimer
  3. Mdrr j'adore le "dans le doute je précise" ;) Chapeau bas en tout cas, je n'ai vécu les contractions intensément que trois ou quatre heures et j'ai cru crever!! Et tu n'as pas fini de tomber en amour avec ton loulou , ça ne fait que s'intensifier avec le temps!

    RépondreSupprimer
  4. Le Pôle Santé est donc naze jusque dans sa maternité... J ai bien fait de ne pas accoucher là bas,la naissance du lardon aurait été catastrophique à priori !!!
    Félicitations à vous et bienvenu à Gabin !!!

    RépondreSupprimer
  5. C'est rude de se sentir moins "prioritaire".
    Bon l'essentiel c'est que tout ce soit bien passé et que Gabin soit trop mimi.

    RépondreSupprimer
  6. welcome to 🌎 ! moi je tente sans péri....j-5 ! 🙏🙏felicitations pour le👶!!!

    RépondreSupprimer
  7. Coucou Fanny. Ancienne cliente de ton magasin à la plage je viens de tomber sur ton Blog par le biais de Facebook & je vois que tu as donc accouché d'un beau petit mec
    Génial tout ça .. que du bonheur pour vous !
    Mes félicitations 1 mois plus tard mais mieux vaut tard que jamais. Tu as l'air radieuse en tout cas.
    Profite à fond .. à très vite à bisca plage.
    Pleins de bisous & bienvenue au petit bout.

    RépondreSupprimer
  8. Le temps passe si vite dès qu'on apprend qu'on est enceinte ! Je vous souhaite beaucoup de bonheur :)

    RépondreSupprimer
  9. Ton récit est très émouvant !
    J ai trop hate que mon ptit loulou arrive !
    Mais du coup ton chéri a eu le temps de participer à l accouchement ou il etait encore en train de ronfler ? Je sais pas comment tu as fais pour ne pas le reveiller !!! Chapeau !
    Merci de partagee tous ces beaux moments avec nous !
    Aurelle

    RépondreSupprimer
  10. Je me retrouve tout à fait dans ton article, notre fille est née le 13 juilelt (à J+3, je peux t'assurer que le dernier mois est looooong !). Et tout passe si vite, elle grandit à vue d’œil -normal vu comme elle s'empiffre- Les choses ont changé et pourtant c'est pas si différent ... Euh par contre, pas cool du tout qu'on t'ait oublié o_O Moi la péri, j'en voulais pas, et je n'en ai pas eu, c'est ma petite victoire personnelle ^^ (malgré l'épisio qui elle m'a bien fait souffrir par la suite ...). Bisous à ton ptit bout

    RépondreSupprimer
  11. Mdr pour la réplique culte ! C'aurait été tellement drôle que tu leur dises, histoire de voir leurs têtes !

    RépondreSupprimer
  12. Je crois n'avoir jamais pris le temps de commenter ton blog, mais j'ai suivi tes aventures de future maman avec plaisir et tenais donc à te féliciter pour l'arrivée de votre petit Gabin... Je reste néanmoins sidérée par le manque de prise en charge que tu sembles avoir vécu, et je tenais à saluer ton courage, te dire que je reste admirative de la manière dont tu as géré la situation sur place. Je pense qu'à ta place j'aurais paniqué face à l'absence d'aide du personnel et de la douleur (car avec une poche des eaux percée, je n'imagine même pas comme tu as du avoir mal...) Chapeau bas madame !! Et encore bravo !

    RépondreSupprimer
  13. felicitations! La dernière photo est superbe!

    RépondreSupprimer
  14. Wow quel récit! Je trouve que le traitement de l'hôpital est inadmissible, je veux bien que les services soient débordés et en sous-effectif, après tout ce n'est pas de la faute de sage-femme si elles ne sont pas assez nombreuses, mais de là à te laisser toute la nuit toute seule alors que tu es sur le point d'accoucher (pour la première fois en plus) c'est du délire! En même temps je suis hyper admirative, tu as su garder ton sang froid, tu ne t'es pas énervé ni inquiété et ton récit jusqu'à la salle de travail m'a fait sourire (la référence aux claquettes aussi!
    Les photos sont superbes et une fois de plus je vous souhaite beaucoup de bonheur à tous les trois!

    Des bisous

    Cathy

    RépondreSupprimer
  15. Magnifique récit, j'ai presque revécu mon accouchement en te lisant. J'en ai des frissons. C'est quand même un moment incroyable, la naissance...
    Vous avez l'air très heureux en tous cas, et ça fait plaisir à voir.
    J'aime beaucoup ces articles sur ta maternité, sur ton bébé, forcément ça me parle et j'espère que tu continueras à partager tout cela ici avec nous.
    Ah, et aussi : tu es magnifique sur la photo en N&B post accouchement, c'est fou...! Tu irradies, et ce sans make-up. On sent le bonheur mêlé de fatigue, c'est vraiment très beau.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer

Proudly designed by | mlekoshiPlayground |