Pages

Stockholm #4: de l'Art Nouveau & du tatoo

vendredi 4 mai 2012



J'aime bien jouer sur les contrastes, les extrêmes, faire en sorte d'assembler 2 choses totalement opposées, et obtenir un résultat final plus que plaisant. C'est valable en matière de fringues, de déco, mais aussi et surtout dans la vie de tous les jours. Et cette dernière journée en Suède en a été l'exemple type !










Après un lever aux aurores et une petite course à pied dans la campagne suédoise pour attraper le train de Stockholm (toujours dans les temps, vous l'avez remarqué), nous sautons dans notre wagon arrivant à quai en même temps que nous direction le centre-ville.


En chemin ...





Au programme de ce matin: 3h de détente à fond dans l'un des bains des plus anciens de la capitale suédoise, Centralbadet.
Bien sûr, dans la précipitation du départ nous avons pensé à tout, sauf aux maillots de bain. Les suédois ne sont certes pas pudiques, mais cela se cantonne aux bastu (ou saunas).
Heureusement, il est possible de louer des maillots pour 5€, avis aux perchées comme moi donc, cette info pourra vous être utile (p.s: location de serviette également, ce qui est super pratique pour éviter d'apporter les noôres et d'être encombrées le reste de la journée) !


Centralbadet

Centralbadet donc, est à la base une piscine magnifique de type Art Nouveau, construite au tout début des années 1900 et gardée en l'état.

Depuis, un espace jacuzzi & sauna est venu s'installer au sous-sol de l'immeuble ainsi qu'un salon de thé au premier étage.
Cet endroit est magique. On ose à peine chuchoter, tellement c'est beau. Le temps s'y est arrêté, on est transporté au début du siècle dernier rien qu'en entrant dans les vestiaires: sol carrelé en damier crème & ocre, casiers en bois acajou et numéros peints sur des plaques en céramique, vasques de lavabos dentelées ornées d'une fleur de lotus rose pâle, immenses miroirs sur un mur de carrelage blanc & vert...




Il n'y a pas un bruit, étant donné l'heure matinale (8h30) nous sommes les premières arrivées, ce qui va nous permettre de profiter à fond de ce lieu comme bon nous semble. Une fois notre superbe maillot 1 pièce enfilé (je crois que mon dernier 1 pièce remonte à quand j'avais ..... 9 ans ?), nous quittons les vestiaires et arrivons dans la salle "détente": jacuzzi, bain chaud, et chaises longues en bois, le tout dans une ambiance calfeutrée et tamisée. Rien de bien ancien ici, il s'agit d'aménagements réalisés plus tardivement afin d'apporter un petit plus à cet endroit.

 Différents saunas s'offrent également à nous: un "mixte", où hommes & femmes peuvent se rendre car les maillots sont autorisés, et qui surtout est de type "humide". C'est en gros un cousin très proche du hammam, et j'ai d'ailleurs beaucoup plus de mal à y rester. Direction ensuite le sauna "sec", mais cette fois-ci il y en a un pour hommes et un pour femmes. Interdiction d'y aller en maillot et ce sera donc sous ma micro serviette que j'y passerai les 10 prochaines minutes. Une fois de plus, je me laisse aller à la rêverie en sentant cette odeur de bois sec et de résine que j'aime tant ...


Direction ensuite la piscine, LA star de ce lieu. Et je comprends pourquoi. Lorsque l'on arrive à la fin de ce couloir qui nous amène de la salle détente à ici, c'est un tout autre décor qui s'offre à nous. Je dirais même un spectacle: alcôves en bois sculptés sur 2 étages (au rez-de-chaussée ce sont des cabines de change, à l'étage des cabines de soins), vitraux peints, plantes vertes, fresque murale, ...

C'est tout juste magnifique.





Je descends faire deux-trois brasses dans la piscine au milieu de quelques rares lève-tôt comme nous. Ici, point de lignes pour nager, et encore moins de nages olympiques.

On se contente de se laisser couler en silence, au rythme des airs de musique classique qui sont joués en fond.




Après cette petite brasse dans ce cadre historique, c'est le salon de thé qui nous fait de l'oeil. A la base, nous avions prévu de siroter un bon thé mais une fois arrivées en haut quelque chose nous intrigue: qu'est-ce donc cette petite terrasse dehors, avec ces deux immenses spots juste au dessus? Le solarium en plein air, nous indique l'une des employées.

C'est en fait une sorte d'endroit dédié à la luminothérapie, dont sont très friands les scandinaves pour faire le plein de lumière naturelle durant les longues journées d'hiver.

Le principe est simple: on s'installe sur l'une des chaises longues en bois, on laisse ces spots chauffants nous réchauffer peu à peu, et surtout on ferme les yeux.
Ces spots ont en plus un léger rayonnement UV qui peut être dangereux pour les yeux si on les regarde directement. D'ailleurs, du fait de ces rayons UV, l'exposition maximum autorisée est de 20 minutes. Nous prenons donc place, l'air est frais (nous sommes dehors, il fait 10 petits degré à peine) mais la chaleur des lampes nous réchauffe. Je préfère ne pas trop imaginer ce que ça doit donner en plein hiver... Car ce solarium en plein air est ouvert tous les jours, toute l'année.
En ce qui me concerne, je n'atteindrai pas la limite des 20 minutes autorisées: je commence à vraiment me refroidir avec ma serviette humide. Je laisse donc Gabriella savourer encore ces petites minutes de soleil artificiel et me dirige vers le jacuzzi.



Il est 11h30 lorsque nous quittons Centralbadet. Les bruits et le monde de la rue me ramènent peu à peu à la réalité. Ah oui, c'est vrai que j'ai rdv à 13h pour me faire tatouer dans le quartier de Sofo (maintenant ça vous parle lorsque je parle de ce lieu, non?). Histoire d'optimiser notre temps, nous choisissons d'aller manger dans ce quartier. Ces 3h de barbotage m'ont donné faim et ça tombe bien, comme je vous l'ai déjà raconté, Sofo regorge de petits cafés & resto où se restaurer et se régaler.


Urban Deli


C'est au célèbre Urban Deli que nous irons. Cette épicerie fine façon loft urbain, regorge de produits aussi appétissants les uns que les autres en provenance de tous les coins de la terre, possède également un coin restauration et un coin bar, et est notamment très prisée par les artistes. Pour la petite anecdote, nous avons d'ailleurs mangé à côté d'un écrivain suédois assez célèbre (l'équivalent de notre Marc Levy, mais honte à moi je n'ai pas réussi à retenir son nom...quelque peu compliqué).




Nous prenons donc place autour de l'une des petites tables du coin resto, et allons nous servir une assiette de salade accompagnée d'une excellente huile d'olive, que nous mettrons dans un petit pot afin d'y tremper des morceaux de pain, en attendant que l'on vienne prendre notre commande.


menu

Pour Gabriella ça sera menu du jour, à base de poisson, betterave, pomme-de-terre et aneth. Ce plat me fait étrangement penser à un que j'avais mangé il y a quelques années à Saint Petersbourg: même ingrédients mais boeuf à la place du poisson. J'imagine qu'il doit y avoir une certaine influence russe dans la cuisine suédoise, tout comme dans l'architecture car de nombreuses rues m'ont rappelé à plusieurs reprises cette ville de Russie. Ou alors est-ce l'inverse? ... Je pencherais tout de même pour la première option. Bref. En ce qui me concerne, ça sera une sorte de choucroute à la suédoise, accompagnée de moutarde forte (qui me fait monter les larmes aux yeux mais qu'est-ce qu'elle est bonne !). Influence également française dans la cuisine suédoise?
Je n'ai pas trop le temps de me poser ces questions et de débattre avec moi-même sur ce sujet, le temps passe, la grande horloge murale indique 12h50, l'heure pour moi d'aller à mon rdv.






C'est la deuxième fois que je pousse la porte de ce salon, et il me plait toujours autant. La première fois, c'était le vendredi précédent, lorsque j'étais venue prendre rdv. J'avais tout de suite aimé la déco, un pêle-mêle rock & vintage, avec quelques têtes de mort et animaux empaillés par-ci par-là mais rien de morbide, et surtout de nombreuses touches d'humour. Mais ce n'est qu'à ma deuxième venue que je les ai remarquées. En effet, il faut avoir l'oeil aux aguets ici !




Un tout petit écriteau avec inscrit "tatoos removals" sous une hache, une cigarette coincée entre les doigts d'une figurine de l'enfant Jésus, une affiche "laissez vos enfants sans surveillance ici et nous leur apprendrons tous les mots d'insultes non répertoriés dans le dictionnaire en leur faisant boire du café", ... j'en passe et j'en oublie.







Bref, je m'y suis sentie hyper à l'aise. Et l'équipe du Infamous Studio y joue pour beaucoup: ici c'est plus ambiance salon de thé on discute de tout et de rien en sirotant un café plutôt que "donne-moi-ton-dessin-jte-tatoo-bye-bye" (comme de nombreux salons de tatoo à la française).
Après quelques dernières retouches sur le visuel final, des fleurs de cerisier disposées çà et là sur le haut de mon bras (de l'épaule au coude), Buri se met au travail.




Buri, c'est cet islandais venu s'installer à Stockholm pour exercer son art, le tatouage, et qui a une légère allure de viking: grand, très grand (presque 1m90), gaillard, cheveux longs et très blonds, yeux bleus clairs. Sur son poste de travail, une photo de sa fille de 5 ans: habillée tout en rose, deux petites couettes sur les côtés de la tête, sourire malicieux et même yeux et cheveux que son père. "Dire que tu vas finir recouverte de tatoos dans quelques années ma petite" je me suis dit. En même temps, je peux parler ...


Hanz, l'hôte de ces lieux


Et dire que ce matin je faisais des brasses en maillot une pièce vieillot en discutant avec une dame de 80 ans en écoutant de la musique classique ...
Tout est dans les contrastes, je vous dis.

Buri a fini, j'ai le bras enveloppé de cellophane et ne peux pas trop voir le résultat. Mais je lui fais entièrement confiance, et puis je l'ai guidé en fonction de ce que je voulais alors ça devrait aller. Je n'ai qu'une hâte c'est d'être à demain matin pour l'enlever et voir le résultat!
Ah mais tient j'y pense, et puisqu'on y est, tu pourrais me faire juste un mini coeur, rien que la forme, sur mon petit doigt de la main droite? Ca fait un moment que j'y pense, alors maintenant que l'aiguille est prête, on pourrait faire d'une pierre deux coup? Aucun souci, me répond mon pote viking. Et hop, c'est reparti pour 30 minutes supplémentaires, on en a également profité pour refaire l'étoile que j'ai dans le creux du poignet et qui avait commencé à vieillir. 6 ans déjà...
Voilà, on pourra dire que j'aurais optimisé mon temps (et surtout mon aiguille) ici !










Je remonte vers le quartier de Gamla stan, la vieille ville, mais sans Gabriella. Elle a un rdv pour son travail, on se retrouvera plus tard. Le soleil, enfin!, perce entre les nuages noirs et les couleurs sont magnifiques.

J'ai hâte d'arriver afin de prendre des photos de ces anciens immeubles aux couleurs jaune, ocre & rouge se détachant sur ce ciel gris anthracite profond.






Cute window


Je me balade un peu au hasard dans les ruelles plus ou moins étroites. Sur mon chemin, je croise de nombreux petits marchés de fleurs et de fruits, des jeunes se prélassent sur la rive de la Riddarfjärden en dégustant des fraises tout fraîchement achetées dans l'un d'entre eux. Il y a de vieilles brocantes un peu partout, je m'arrête devant les vitrines de toutes celles que je croise: un vrai bric-à-brac d'anciennetés scandinaves...







Je passe par le palais royal, où des touristes chinois se prennent tour à tour en photo à côté des gardes immobiles tel des statues (d'ailleurs l'été la relève de la garde le midi se fait sur des airs d'ABBA!) puis, un peu plus loin dans la rue principale du quartier, je m'arrête chez Kerstin Adolphson.

Ici, c'est le temple du vêtement scandinave: des pulls, moufles, bonnets, écharpes tricotés à la main avec des motifs de flocons & rennes, des chaussures fourrées en peau de moutons (que pour enfants, dommage) et tout un mur de sabots suédois bien sûr ! 


Kerstin Adolphson


De l'uni au bariolé en passant par le vernis, il y en a pour tous les goûts. Et toutes les pointures! Mais pas dit que mon papa soit ravi si je lui ramène une paire au motif de pommes vertes imprimées sur un rouge flashi. Pourtant, elles existent en 44. Au lieu de ça je m'offre une paire de mouffle tricotées à la main, bleu marine à floconds et rennes blancs. Il me tarde déjà l'hiver prochain !!! D'ailleurs, je pense que ça doit être l'une des rares boutiques au monde qui vend autant d'articles de froid en hiver qu'en été.
Par ailleurs il se trouve que le mari de cette chère Kerstin est français, un monsieur d'une soixante dizaine d'année tombé amoureux de cette jolie suédoise et qui s'est installé dans son pays. Si jamais vous y passez, n'hésitez pas à discuter avec lui, son humour pince-sans-rire m'a beaucoup plu !













Ma carte SD pleine (merci l'Iphone de pouvoir prendre la relève), c'est direction la rue Drottninggatan que je prends. J'avais repéré par ici quelques petites choses que je voulais acheter pour la Gift Box ;)


Face Stockholm cosmétiques made in Sweden




Un dernier petit tour de quartier et je m'installe à une table de café pour prendre un thé en attendant Gabriella qui ne va pas tarder à me rejoindre. Derrière la fenêtre je regarde les rues qui se vident, les employés de magasins qui s'affairent avant de fermer, les hommes d'affaires qui s'engouffrent dans les bouches de métro. Il se fait tard, une sale migraine me fait bourdonner les oreilles de plus en plus fort, je n'ai qu'une envie c'est de rentrer et me reposer. Pas le mieux pour une dernière soirée, mais c'est ce qui me sauvera.



Pour retrouver toutes mes bonnes adresses ainsi que des trucs & astuces pour apporter une petite touche suédoise à votre quotidien, c'est sur la page spécial Stockholm! 

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Proudly designed by | mlekoshiPlayground |